Depuis quelques temps, j’ai remarqué que certains rappeurs de Montréal sont devenus itinérants et clochards. Ces artistes talentueux ont tout perdu!  On les voit entrain de flâner et de quémander au centre-ville. Ce qui m’fait très mal. Il y a une quinzaine d’années voire même une décennie, ces derniers se portaient très bien. Le début de la décennie 2010 a été dure pour plusieurs hip-hopeurs(euses) de Montréal. Souvenez-vous de Saint-Soûl ? Il a eu du fil à retordre lui aussi en habitant dans les rues de la France, suite à son départ définitif du Québec. Dans ma présente réflexion, je ne parlerai pas du cas de St-Soûl. Je compte aborder celui de deux emcee’s que j’ai connus au cours des quinze dernières années. Il s’agit de BwaBy Gee et de FanFan (KZ Kombination/Kombin Lakay).  Dans la société d’aujourd’hui on a tendance à oublier et oblitérer les artistes peu connus. Ces artistes qui ont connu une carrière artistique en marge et dans les baffons de la stratification sociale. Woods et FanFan n’ont pas toujours été des sans-abris. Des facteurs extérieurs et circonstanciels expliquent la condition dans laquelle ils vivent aujourd’hui. Le milieu artistique au Québec et en Amérique du Nord est très dur. Il y a plusieurs artistes aussi qui sont itinérants aux États-Unis et dans d’autres parties du monde. Ça je n’en doute pas! Précisément, j’ai connu FanFan en 1997. J’étais encore à l’école secondaire. On a performé ensemble dans le cadre du spectacle Découverte de Jeunes Talents 97’ de l’organisme C.U.M.A.J en date du samedi 22 février 1997.

Fanfan faisait ses débuts artistiques au sein de la formation Kombin Lakay issue du collectif KZ Kombination.  Une entité phare dans l’historique du rap saint-michelois (St-Michel, Montréal). Selon moi, Kombin  Lakay représente un des groupes les plus marquants de l’historique du rap créole au Québec. Je me rappelle encore de plusieurs de leurs succès  Tèt cho , Bumrush , Time Lan Changé , Complo Lanmou  et tant d’autres. FanFan alias Vodkanozor a contribué de manière faramineuse à tous ces titres. Sur chacune des pièces de KZ Kombination il se démarquait par son débit créolisé et intrépide. Je me rappelle encore de ses lyriques percutants en créole sur les titres suivants : Tchaloska, Marchandise et Une Histoire sans fin. Je me souviens de l’été 2000, lors des Francofolies de Montréal moi ma formation  (Azile 67) et FanFan improvisions des raps comme des fous et en état d’ébriété, devant le métro Place des Arts. Maintenant cette même station de métro est devenue un des appartements de FanFan.  Par moment, je le croise avec sa copine d’origine amérindienne entrain de boire ou de consommer des substances illicites! Selon Prophète un autre membre de la formation Kombin Lakay, aujourd’hui chauffeur de taxi; cette femme est en partie responsable de la descente aux enfers de FanFan. La forte dépendance à l’alcool et aux drogues fait en sorte que FanFan a pris le chemin qu’il emboîte aujourd’hui. Je sais qu’il est encore un emcee fourbe et fervent. C’est juste que les circonstances de la vie et sa forte toxicomanie ne le permettent pas de s’en sortir au plan existentiel et professionnel. La vie est une bitch comme la si bien dit  Kam, Pudgee Tha Fat Bastard et Nasir Jones. Cette bitch a aussi eu raison de Bwaby Gee !!!  Cet emcee rappait en collaboration d’un autre artiste du nom Evry vers la moitié des années 2000, à Montréal.

kombin lakay

                                             Premier album de KZ Kombination sorti en 1997

J’ai connu Bwaby Gee  lorsque j’étudiais à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), il était athlétique, intellectuel et branché. Par contre, je ne sais pas dans quel programme d’études, il était inscrit. Au niveau scolaire et professionnel, je   que tout roulait comme sur des roulettes pour Bwaby Gee . Il avait même été proche de la compagnie de production 7ième ciel Records, vers la fin des années 2000. Anodajay l’avait invité avec Aimé Cassie a monté sur scène lors de la célébration des 7 ans de la compagnie 7ième ciel records  au Francofolies 2010. Bwaby Gee  était alors très enthousiasmé. Cet enthousiasme il l’a perdu, depuis quelques années. Ça fait cinq ans qu’il vend des mixtapes dans les rues du centre-ville de Montréal. Actuellement, il habite même ces rues du centre-ville. Il y vend encore des mixtapes. Cependant, il semble avoir subi une forte dépression. Il y a trois mois, je l’ai remarqué dans un wagon de métro entrain de danser sur un passager, en le menaçant d’acheter sa nouvelle mixtape. Il avait l’air d’être sous l’influence d’une grande drogue. Je pouvais apercevoir le summum de la psychose et d’un bousculement psychique quelconque se rapprochant de la schizophrénie. Cette situation est triste, tout comme celle de FanFan. Elle me brise le cœur! Somme toute, je me demande ce que l’avenir réserve à ces rappeurs itinérants de Montréal ainsi que ceux à l’échelle du Québec et à l’international. L’itinérance est quand même un choix de vie difficile. C’est sûr que ce genre de vie est plus ardu dans un pays sous-développé! Nonobstant, il reste que c’est une vie précaire, insalubre et non-sécurisée. Selon moi, la psychologie hip-hop aidera ces deux rappeurs à s’en sortir. Avant tout,  le Hip-Hop a été crée à base de rien et dans les rues défavorisées de l’Amérique du Nord.

kz back

Leave a Reply

%d bloggers like this: