En date du samedi 13 août 2016, Kapois Lamort, le recherchiste Jafrikayiti et l’historien Webster effectuaient une méga-conférence dans le cadre du Hoodstock 2016. Celle-ci s’intitulait : History X. Moi, Johny Funeste, et plusieurs membres de Production Noire au Qc étaient présents et attentifs à cette conférence monumentale.

En une trentaine de minutes, les conférenciers concernés ont abordé trois thématiques spécifiques : le colonialisme et le néo-esclavagisme en Haïti, l’historique des populations noires dans la colonie de la Nouvelle-France et du Bas-Canada, ainsi que le développement chronologique et social de la culture hip-hop multiethnique au Québec et au Canada. Le panel a été ouvert par le recherchiste et écrivain Jafrikayiti. Ce dernier a abordé le rôle structurel et néo-esclavagiste de certains pays du G8 (Canada, France et États-Unis) dans le coup d’état contre Jean-Bertrand Aristide en 2004. D’après lui, ce coup d’état très espiègle a été planifié à Ottawa en début de l’année 2003. Jafrikayiti aborda aussi la planification de l’épidémie de choléra et du séisme du 10 janvier 2010 qui causèrent des centaines de milliers de morts en Haïti. Tous ces marasmes et tant d’autres, selon des données statistiques et factuelles ont pour but d’asservir complètement Haïti, la première république indépendante noire et africaine en Amérique, d’après les sources et recherches crédibles de Jafrikayiti.

st-vil

Jafrikayiti, réalisateur des cédéroms socio-éducatifs  sur l’histoire haïtienne Lafimen pt.1 à 4 et co-fondateur de l’organisation socio-communautaire Akasan.

 

De son côté, Webster offrit un cours d’histoire 101 sur la présence des populations noires en Nouvelle-France et dans le Bas-Canada. D’entrée de jeu, ce dernier confirma que l’esclavage en Nouvelle-France et au Canada était moins brutal qu’aux États-Unis. Selon Webster, un esclavage domestique était propice en Nouvelle-France. Spécifiquement, cela veut dire que cette forme d’esclavage n’était pas à connotation ségrégationniste, meurtrier et raciste comme dans le sud des États-Unis.

Webster

Webster, réalisateur du célèbre morceau rap Qc History X, ainsi qu’ historien spécialiste de l’historique des populations noires en Nouvelle-France et dans le Bas-Canada sous le régime anglais de la Grande-Bretagne

Dans son segment de la conférence History X, Webster retourna à maintes reprises sur sa pièce Qc History X qui mentionne en partie les réalisations et concrétisations de personnalités noires illustres de la Nouvelle-France. Il est vrai que nous connaissons  les grandes lignes de l’histoire d’Olivier Lejeune ou de Marie-Josèphe Angélique. Cependant, il y a tellement d’autres individus qui ont marqué cette période, qui s’échelonne de la moitié des années 1600 à la fin des années 1800. La conférence de Webster m’a permis de me souvenir de certains individus qui en effet ont joué un rôle socioéconomique prédominant comme personne noire dans la Province of Quebec et dans le Bas-Canada : Math Bell, F.X Noel, Catherine Curra ou Alex Grant. En conclusion, Webster nous a encouragés à venir le consulter à Québec pour son tour guidé, qui s’avère à être une randonnée archéologique sur les divers lieux qui ont été habités et appropriés, par les populations noires du 17ième siècle à la fin du 19ième siècle. Cette méga-conférence s’est conclue de manière spectaculaire avec les propos dynamiques de Kapois Lamort portant sur le développement chronologique et sociologique du Hip-Hop pluriculturel au Québec.

Sommet Noir 5 ( Kapois)

Kapois Lamort, fondateur de Production Noire au Qc/ Prod Noire Corpo  et auteur des Boss du Québec: R.A.P du Fleur de Lysée entrain de rapper de manière assez foudroyante le morceau Chrono Hip-Hop du Qc 

De manière originale, Kapois Lamort débuta sa conférence en récitant les paroles de sa pièce- Chrono Hip-Hop du Qc issue de son opus Emcee à Mort : Jusqu’à lamort. Un rap qui relate l’historique et les moments forts de la culture du Hip-Hop Old school au Québec. La foule fut complètement épatée par la décharge lyrique de Lamort! Suite à ce rap, Kapois Lamort aborda de manière assez brève les points éblouissants de l’histoire du hip-hop au Québec. Essentiellement, il mentionna que la culture hip-hop au Québec débuta en date du 3 septembre 1979, suite à une rencontre dans le bronx entre D.J Kool Herc et les d.j montréalais Butcher T et Andrew Carr. Suite à cette rencontre, la culture hip-hop américaine fut exportée au Québec. Cette exportation culturelle permit à plusieurs jeunes issus des communautés multiethniques de Montréal et du Québec de s’identifier à un mouvement d’expression artistique contemporain et hétérodoxe. Ces jeunes ne s’identifièrent pas seulement à cette culture mais en développèrent une version distincte et singulière propre à la réalité québécoise et canadienne. C’est le cas des fondateurs de la culture Hip-Hop au Québec comme : D.J Butcher T, N’OJI Mzilikazi, Andrew Carr, Dice B, LDG, Almighty Flight, Shan 1, Blondie B et tant d’autres.  Somme toute, Kapois Lamort a conclu son segment de la conférence en suggérant à l’audience de se procurer son ouvrage : Les Boss du Québec (R.A.P du Fleur de Lysée) portant sur l’évolution du Hip-Hop au Québec et au Canada de 1979 à 2014.

Comme vous pouvez le constater, la méga-conférence History X a été très chargée en information, connaissance et même en épistémologie. C’est une des conférences qui a suscité le plus de questions au sein du Hoodstock 2016 : Le Sommet Noir.  Plusieurs des questions posées trottèrent autour des points suivants : Comment avoir une  plus grande présence des contributions des populations noires dans les manuels d’histoire du Québec et du Canada?  Comment faire connaître l’histoire et les concrétisations des vétérans de culture hip-hop québécoise et canadienne à la jeunesse ? Pourquoi les rappeurs commerciaux noirs du Québec sont peu nombreux, depuis le début des années 2000? Que faire pour combattre le néocolonialisme en Haiti en 2016 et au 21ième siècle?

Mise à part ces questions, plusieurs accolades et mains d’applaudissement ont été émises , par l’audience très satisfaite du contenu de cette méga-conférence. Somme toute, cela pourrait peut-être faire place à une suite pour l’édition du Hoodstock 2017! Qui sait? Pour le moment, je vous suggère de supporter nos trois conférenciers spécialistes en vous renseignant sur leurs diverses activités et implications. Vous pouvez faire cela en consultant leurs divers réseaux disponibles sur le web :

 Webster, historien spécialiste qui s’intéresse à  l’histoire des noirs en Nouvelle-France et dans le Bas-   Canada sous le régime britannique, ainsi que rappeur/emcee professionnel :  http://www.websterls.com/ et  http://www.qchistoryxtours.ca/

Jafrikayiti, recherchiste, écrivain et activiste qui s’intéresse à l’histoire générale des noirs et notamment l’historique du peuple haïtien de la période précolombienne  à nos jours : www.godisnothwhite.com et https://jafrikayiti.com

Kapois Lamort, hip-hopeur expérimental et historien spécialiste qui s’intéresse au développement de la culture hip-hop du Québec/Canada, aux sociétés préadamites et à l’ésotérisme : www.kapoislamort.com et www.lesbossduquebec.com

Advertisements

2 Comments on “History X à Hoodstock 2016 (Un franc succès !!!)

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :